Skip to Content
L'OECO affiche une forte présence à la conférence internationale SIDS4

L'OECO affiche une forte présence à la conférence internationale SIDS4

Communiqué de presse de l'OECO

19 juin 2024 - La 4ème Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement ("SIDS-4") s'est tenue à Antigua-et-Barbuda du 27 au 30 mai, sous le thème "Tracer la voie vers une prospérité résiliente." Cet événement important, accueilli à l'Université américaine d'Antigua, s'est concentré sur la capacité des PEID à instaurer un développement durable, y compris l'Agenda 2030 et ses Objectifs de développement durable.

L'honorable Gaston Browne, premier ministre d'Antigua-et-Barbuda et président de la conférence SIDS4, a ouvert l'événement en soulignant les défis uniques auxquels sont confrontés les PEID,

"Il s'agit d'un rassemblement crucial à un moment où les défis mondiaux sont sans précédent et où les petits États insulaires en développement se trouvent en première ligne d'une bataille contre une série de crises qu'ils n'ont ni provoquées ni créées. Nos vulnérabilités inhérentes, caractérisées par notre petite taille, nos ressources financières limitées et notre capital humain restreint, nous placent dans une position nettement désavantageuse sur la scène mondiale, la balance de l'équité et de la justice étant inégalement équilibrée en notre défaveur".

Avec plus de 3 000 participants, dont 22 chefs d'État et de gouvernement, la conférence a donné lieu à des panels de haut niveau, à des réunions bilatérales et à de nombreux événements parallèles. L'Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECS) a joué un rôle central, en co-organisant trois événements parallèles et en participant activement à plusieurs autres, aux côtés de partenaires régionaux et internationaux clés.

Les événements ont été lancés par le thème "Améliorer le développement des Caraïbes à l'aide de données, d'informations géospatiales et de la surveillance de l'environnement : Construire un écosystème régional d'information environnementale (REIS)" le 28 mai 2024. Cet événement a mis en lumière le rôle des technologies numériques et de l'information géospatiale dans l'avancement des initiatives environnementales dans les Caraïbes. Valrie Grant, conseillère stratégique pour les questions géospatiales auprès de la Commission de l'OECO, a établi le contexte, suivi par les remarques du Dr Didacus Jules, directeur général de la Commission de l'OECO, qui a souligné l'engagement de l'OECO à tirer parti des technologies numériques et des données dans la prise de décision. Kerryne James, ministre de la résilience climatique, de l'environnement et des énergies renouvelables de la Grenade, a souligné les succès et les défis de la Grenade en matière d'intégration des technologies numériques et géospatiales. Le panel de discussion comprenait des experts de diverses organisations partenaires (y compris UICN, UWI, la CEPALC, UNEP-CEP, UN-GGIM-CARIGEO) qui ont discuté de diverses initiatives conçues pour faire progresser l'impact de la gestion des données environnementales sur la politique et la prise de décision dans les Caraïbes. Parmi les principales recommandations et les résultats de l'événement annexe : La Commission de l'OECO et les partenaires de l'événement doivent planifier une activité virtuelle de suivi pour poursuivre les discussions et les réflexions sur ce sujet crucial, et pour encourager/faciliter de nouveaux partenariats et renforcer les partenariats existants entre les parties prenantes régionales, en facilitant les initiatives partagées et les projets de collaboration, y compris le positionnement pour soutenir le Centre d'excellence qui sera accueilli par Antigua-et-Barbuda, avec son centre de données mondiales.

 

Le 29 mai 2024, l'OECO s'est associée aux îles Vierges britanniques (BVI) et à la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) de l'ONU pour organiser un événement intitulé "Changement climatique et législation environnementale à l'appui de la mise en œuvre du nouveau programme d'action pour les petits États insulaires en développement". Cet événement a donné lieu à des présentations des îles Vierges britanniques et de la Grenade sur leurs efforts législatifs pour lutter contre le changement climatique. L'événement a été organisé par l'Observatoire parlementaire sur le changement climatique et la transition juste (OPCC), qui vise à renforcer la législation sur l'environnement et le changement climatique dans la région. Le premier ministre Natalio Wheatley des îles Vierges britanniques a souligné l'importance de la législation :

“La législation est l'un des outils les plus puissants dont nous disposons pour lutter contre le changement climatique et construire socialement l'avenir que nous envisageons pour nous-mêmes.”

Un autre événement clé organisé par les partenaires de l'OECO le 29 mai 2024 était intitulé "La voie à suivre dans l'opérationnalisation de l'indice de vulnérabilité multidimensionnelle”. L'IVM est un outil complet conçu pour évaluer la vulnérabilité des pays, en particulier des PEID, à travers de multiples dimensions au-delà des mesures économiques traditionnelles telles que le produit intérieur brut (PIB).

Cette table ronde comprenait des remarques de l'ambassadeur Walton Webson d'Antigua-et-Barbuda et de M. Li Junhua de l'UNDESA, ainsi qu'une réflexion approfondie du professeur Geoffery Sachs, conseiller auprès de l'ONU. Les panélistes ont discuté du test, de la mise en œuvre de l'IVM et de son plaidoyer. Le Dr Didacus Jules a abordé les défis auxquels sont confrontés les États membres de l'OECO ayant des revenus élevés, en expliquant,

"Les pays placés au rang de pays à revenu élevé sont confrontés à la perte de l'APD (aide publique au développement), c'est-à-dire du soutien financier et non financier qui y est associé. Une chute brutale du financement concessionnel ou l'arrêt de ce financement qui se produit lorsque les pays ne sont plus  éligibles à l'APD au risque de ralentir la dynamique de développement dans le pays, ce qui à son tour augmente la probabilité de ce que l'on a appelé l'inversion de la transition".
Le Dr. Jules a également déclaré : "La mobilisation des capitaux privés nécessite plus que des instruments financiers : "La mobilisation des capitaux privés ne se limite pas aux instruments financiers. Il faut un écosystème favorable, ce qui inclut un environnement politique propice, des services d'appui aux entreprises solides et une assistance technique ciblée. Ces éléments peuvent contribuer à la constitution d'une réserve de produits prêts à l'investissement, susceptibles d'attirer et de maintenir un financement mixte."

L'OECO a également participé à plusieurs autres événements parallèles, dont " Sargasse : La marée d'or : Crise ou opportunité pour les petits États insulaires des Caraïbes en développement " ;"Débloquer le tourisme bleu communautaire dans les Caraïbes : tendances, défis et voies politiques" ; "L'intelligence géographique : la panacée pour accélérer le développement des petits États insulaires en développement" ; et "Le leadership des femmes dans l'action climatique". Ces événements ont permis de discuter de divers aspects du développement durable, des technologies géospatiales, de l'action climatique et du rôle des femmes dans la lutte contre la crise climatique. Alice Clarke, chef de l'unité de développement économique de l'OECO, et Shanna Emmanuel, chargée de programme à l'unité de gestion du changement climatique et des risques de catastrophe de l'OECO, ont participé à ces événements en tant que panélistes.

La forte présence de l'OECO à la conférence SIDS4 souligne son engagement en faveur du développement durable et de la collaboration régionale, en veillant à ce que les défis uniques des petits États insulaires en développement soient relevés de manière efficace sur la scène mondiale. La participation de l'OECO à la conférence SIDS4 a été soutenue par le projet BioSPACE financé par l'Union européenne (UE).


L'OECO est reconnaissante du partenariat établi avec plusieurs organisations régionales et internationales lors de la conférence SIDS4, notamment : L'Union internationale pour la conservation de la nature ( UICN ), l'Université des Indes occidentales ( UWI ), le Programme des Nations unies pour l'environnement - Secrétariat de la Convention de Carthagène ( UNEP-CEP ), l'Institut des ressources naturelles des Caraïbes ( CANARI ), la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes ( la CEPALC ), la Gestion mondiale de l'information géospatiale des Nations unies (UN-GGIM) Amériques à travers l'Initiative de développement géospatial des Caraïbes (CARIGEO), la Banque de développement des Caraïbes (CDB), le Réseau de solutions pour le développement durable (SDSN), le Bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) et le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies, (UNDESA).

 


Danny Moonie Responsable communication / gestion des connaissances,, Organisation des États de la Caraïbe orientale
OECO Unité de communication Organisation des États de la Caraïbe Orientale

 

 

 

 

 

Résilience Climatique
A propos de L'Organisation des États des Caraïbes orientales

Retour à www.oecs.int/fr

L'Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) est une organisation internationale dédiée à l'harmonisation et l'intégration économique, la protection des droits de l'homme et juridiques, et l'encouragement de la bonne gouvernance dans les pays indépendants et non indépendants dans les Caraïbes orientales. L'OECO est née le 18 Juin 1981, lorsque sept pays des Caraïbes orientales ont signé un traité acceptant de coopérer entre eux, tout en favorisant l'unité et la solidarité entre ses membres. Le traité est connu comme le Traité de Basseterre, ainsi nommé en l'honneur de la ville capitale de Saint-Kitts-et-Nevis où il a été signé. Aujourd'hui l’OECO, compte onze membres, répartis dans les Caraïbes orientales comprenant Antigua-et-Barbuda, la Dominique, Grenade, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines,Îles Vierges Britanniques, Anguilla, la Martinique et la Guadeloupe.

L'Organisation des États des Caraïbes orientales
Morne Fortune
Castries
Sainte-Lucie